[14/10/2019] Berlin, Conférence parlementaire sur Les contre-stratégies contre la propagande haineuse – où en sommes-nous et quel est notre objectif ?

Pourquoi certains politiciens parlent-ils de "vagues" de migrants arrivant en Europe? Les journalistes ne doivent-ils rendre compte que des faits ou peuvent-ils également mentionner de possibles solutions? Les sanctions pénales sont-elles la seule réponse au discours de haine? Ces questions et bien d'autres encore ont été débattues à Berlin le 14 octobre 2019 par des membres de l'Alliance parlementaire contre la haine, des parlementaires allemands, des militants des droits humains, des journalistes et autres experts. Au cours de trois sessions, les participants en ont appris davantage sur le "cadrage politique", le "journalisme constructif" et en ont tiré des exemples d'actions sous forme de contre-discours.

Wolfgang Schäuble, Président du Bundestag et ancien membre du gouvernement allemand, a participé à la séance d'ouverture avec Andreas Nick, Chef de la délégation allemande auprès de l'Assemblée parlementaire, et Gabriela Heinrich, ancienne Rapporteure générale sur la lutte contre le racisme et l'intolérance, également à l'origine de cet événement. Franziska Giffey, Ministre fédérale de la famille, des personnes âgées, des femmes et de la jeunesse, a ouvert la deuxième session.

Momodou Malcolm Jallow, Rapporteur général récemment nommé et coordinateur de l'Alliance parlementaire contre la haine, a saisi l'occasion pour présenter les priorités politiques de son mandat: le renforcement de la coopération avec les organisations de la société civile et l’intégration d’une approche intersectionnelle seront au premier plan des activités de l'Alliance.

Conférence à Berlin 2019

Origines

Dans le cadre du suivi apporté à la Résolution 1967 (2014) de l'Assemblée « Une stratégie pour la prévention du racisme et de l'intolérance en Europe »,  la Commission sur l'égalité et la non-discrimination a proposé d'établir l'Alliance parlementaire contre la haine, une alliance de parlementaires qui s'engagent à prendre des positions publiques, fermes et proactives contre le racisme, la haine et l'intolérance, quels qu'en soient les motifs et la manière dont ils se manifestent. L'Alliance est ouverte aux membres de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe ainsi qu'aux membres des délégations ayant le statut d'observateur et de partenaire pour la démocratie auprès de l'Assemblée. Leur engagement est formalisé par la signature de la Charte des engagements des membres de l'Alliance.

Les travaux de l'Alliance sont coordonnés par le Rapporteur général sur la lutte contre le racisme et l'intolérance, avec le soutien du Bureau de la Commission sur l'égalité et la non-discrimination.

  • Strasbourg, 27 juin 2016 : l'Alliance lance le certificat non à la haine.
  • Strasbourg, 29 septembre 2015 : l'Alliance a approuvé une feuille de route pour la période 2015-2017 et tenu une audition sur le traitement médiatique et politique de la crise des migrants et des réfugiés. Lien vers le communiqué de presse
  • Strasbourg, 21 avril 2015 : la commission sur l'égalité et la non-discrimination désigne Mme Milena Santerini (Italie, SOC) en tant que rapporteure générale pour la lutte contre le racisme et l'intolérance et coordinatrice de l'Alliance parlementaire contre la haine.
  • Strasbourg, 29 janvier 2015 : l'Alliance parlementaire contre la haine a été officiellement lancée. A cette occasion, un échange de vues sur la montée de l'anti-sémitisme en Europe a été organisé. Liens vers les premier et deuxième communiqués de presse du lancement.

Alliance contre la haine