'Les conclusions du Comité d'éthique de la FIFA sont une tentative d’étouffer l’affaire'

Michael Connarty (Royaume-Uni, SOC), rapporteur de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) sur la réforme de la gouvernance du football, a fait aujourd'hui la déclaration suivante :

« Le 13 novembre 2014, Joachim Eckert, président de la chambre de jugement du comité d’éthique de la FIFA, a fait une déclaration dans laquelle il reconnaît que des irrégularités ont eu lieu lors de l’attribution des éditions 2018 et 2022 de la Coupe du monde, mais conclut en substance que rien ne compromet l’intégrité de la procédure dans son ensemble.

Dans la mesure où j’ai vu et examiné des indices importants de transactions financières inappropriées, je dois émettre l’hypothèse que les conclusions de la FIFA, telles qu’elles sont présentées dans la décision de M. Eckert, constituent une tentative d’étouffer l’affaire et de clore un débat embarrassant sur la nécessité de lancer une nouvelle procédure d’attribution du Mondial.

Or, ce débat est loin d’être clos. Je salue la réaction immédiate de Michael Garcia, président de la chambre d’instruction du comité d’éthique de la FIFA, qui a mené l’enquête avec son adjoint, Cornel Borbély. M. Garcia a déclaré que la décision de la chambre de jugement contient plusieurs présentations incomplètes et erronées des faits détaillés dans le rapport de la chambre d’instruction et qu’il avait l'intention de faire appel de cette décision.

Je ne sais pas quels éléments du rapport de M. Garcia n’ont pas été pris en considération par M. Eckert. En revanche, j’ai eu accès aux documents communiqués au Sunday Times, qui montrent clairement que, entre octobre 2008 et le scrutin de décembre 2010 (et même après ce vote), un membre du comité exécutif de la FIFA a distribué de fortes sommes d’argent à de nombreux hauts responsables du football africain, afin que les personnes représentant la Confédération africaine de football (CAF) au sein du comité exécutif de la FIFA soutiennent la candidature du Qatar.
L’enquête de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe se poursuit. Mon rapport complet devrait être prêt à temps pour pouvoir être adopté en janvier prochain et j’étudie la possibilité de proposer d’autres éléments de preuve directement à M. Garcia ».