Des rapporteurs invitent instamment les autorités du Bélarus à rejoindre la famille européenne des abolitionnistes

Yves Cruchten (Luxembourg, SOC), rapporteur général de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) sur l’abolition de la peine de mort, et Andrea Rigoni (Italie, ADLE), rapporteur de l’APCE sur la situation au Bélarus, déplorent la condamnation à mort de Kiryl Kazachok prononcée par un tribunal du Bélarus.

« Cette nouvelle est très inquiétante d’autant qu’il a été procédé à quatre exécutions au Bélarus à la fin de l’année dernière, ce qui envoie de nouveau un mauvais signal au Conseil de l'Europe et à l’Assemblée parlementaire, dont la ferme opposition à la peine de mort est un principe.

Nous invitons instamment les autorités du Bélarus à rejoindre la famille européenne des abolitionnistes en décrétant dans les meilleurs délais un moratoire sur les exécutions. La Constitution et la législation du Bélarus n’empêchent pas le Président, M. Lukashenko, ni le Parlement de le faire. Le moratoire est une simple question de volonté politique », ont-ils déclaré.

M. Rigoni a aussi regretté que la conférence sur l’abolition de la peine de mort et l’opinion publique, récemment organisée par le Conseil de l'Europe en coopération avec le ministère des Affaires étrangères de la République du Bélarus le 13 décembre dernier, n’ait pas donné de résultats tangibles et demande instamment aux autorités de prendre le dialogue au sérieux et de mettre immédiatement un terme à toutes les exécutions.