Des rapporteurs condamnent l'exécution de Siarhei Vostrykau au Bélarus

"Je déplore l'exécution récente de Siarhei Vostrykau et j'adresse mes condoléances à sa famille. Cette exécution intervient à un moment très délicat. Le régime du Bélarus tente d'établir de bonnes relations avec notre Assemblée, le Conseil de l'Europe et l'UE, et des messages contradictoires ne peuvent que nuire à ces relations", a déclaré Andrea Rigoni (Italie, ALDE), rapporteur de l'APCE sur la situation au Bélarus.

"Le droit à la vie doit être protégé par tous les moyens et le Président ou le Parlement peuvent à tout moment annoncer un moratoire. L'Europe attend toujours", a-t-il conclu. "Je condamne vivement cette exécution, qui envoie un nouveau signal négatif au Conseil de l'Europe et à l'Assemblée parlementaire, pour laquelle une ferme opposition à la peine de mort est une question de principe", a déclaré Yves Cruchten (Luxembourg, SOC), rapporteur général de l'APCE sur l'abolition de la peine de mort. "Nous exhortons les autorités du Bélarus à rejoindre la famille européenne des abolitionnistes en introduisant d'urgence, un moratoire sur les exécutions".

La Commission des questions politiques et de la démocratie a adopté un projet de rapport le 26 avril 2017 appelant les autorités du Bélarus à manifester une véritable volonté politique sur la question de la peine de mort et de l'administration de la justice en n'appliquant pas les condamnations à mort récemment prononcées contre Kiryl Kazachok et Siarhei Vostrykau.