Serbie : 'La volonté politique est essentielle à la poursuite des réformes démocratiques'

Samad Seyidov (Azerbaïdjan, CE) et Maria Guzenina (Finlande, SOC), corapporteurs de l’APCE pour le suivi de la Serbie, ont évalué les progrès réalisés par la Serbie dans le respect de ses obligations envers le Conseil de l’Europe, en concluant que ceux-ci connaissaient une accélération grâce aux aspirations constantes de la Serbie à une adhésion à l’Union européenne.

« Nous nous félicitons de l’engagement pris par le nouveau Premier ministre, Ana Brnabic, en faveur du renforcement de l’État de droit à la suite de réformes économiques difficiles et de sa volonté de remédier aux problèmes préoccupants qui subsistent dans l’environnement des médias. La désignation, pour la première fois, d’une femme, ouvertement LGBT, à la fonction de Premier ministre reflète l’intention de la Serbie de dépasser les préjugés, de promouvoir de nouvelles perspectives d’avenir dans un monde en mutation et de veiller à continuer à se conformer aux normes et aux valeurs du Conseil de l’Europe », ont déclaré les corapporteurs.

« Nous attendons avec impatience la prise des nouvelles mesures requises et les débats associant toutes les parties qui porteront sur la révision des dispositions constitutionnelles relatives à la justice, préalable indispensable à la dépolitisation des institutions judiciaires, au renforcement de l’État de droit et à un regain de confiance des citoyens dans les institutions étatiques. Le Conseil de l’Europe, et en particulier sa Commission de Venise, sont prêts à apporter leur soutien aux initiatives des autorités serbes », ont ajouté les corapporteurs.

Lors de leur visite à Bujanovac et Preševo (sud de la Serbie), les corapporteurs ont examiné en particulier la situation de la minorité nationale albanaise avec les maires et les membres de la société civile. Ils ont constaté que le cadre législatif accordait une protection importante aux minorités, mais ont appelé à la pleine mise en œuvre de la législation. « Nous avons observé que, alors que la population se heurte à des difficultés sociales et économiques, notamment au chômage, les débats politiques en cours à l’échelon régional ont un impact important sur les attitudes et la perception de la situation au niveau local. Nous encourageons par conséquent le maintien d’un dialogue constant entre Belgrade et Pristina, mené grâce à la médiation de l’UE, tout en appelant à la pleine mise en œuvre des accords déjà conclus, et nous nous réjouissons par avance des nouveaux accords réciproques qui pourraient être passés et contribueraient à apaiser la situation dans le sud de la Serbie ».

« Au cours de nos réunions, les représentants des autorités serbes et de la minorité nationale albanaise se sont dits prêts à engager le dialogue. Nous ne doutons pas que la volonté politique, de part et d’autre, permettra de régler un certain nombre de contentieux, comme la disponibilité de manuels scolaires en albanais, la reconnaissance des diplômes ou la représentation accrue des minorités dans les institutions étatiques. Nous espérons que les investissements réalisés dans l’éducation, dans l’apprentissage des langues et dans le renforcement des capacités permettront de consolider la stabilité de cette région, en faisant d’elle un endroit attrayant pour les jeunes générations et pour les investisseurs qui pourront tirer parti de sa situation géographique. La nouvelle Faculté d’économie de Bujanovac illustre le potentiel de développement économique et commercial de la région. Ces investissements permettent l’émancipation des étudiants serbes, albanais et roms de la région, en leur offrant des opportunités d’avenir ; il convient par conséquent de continuer à les encourager ».

À Belgrade, les corapporteurs de l’APCE ont rencontré la Premier ministre Ana Brnabic, le Vice-président du Parlement Djordje Milicevic, la première Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Ivica Dacic, la Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur Nebojsa Stefanovic, les représentants des ministères de la Justice, de l’Intégration européenne, de l’Administration publique et de l’Autonomie locale, les membres de la délégation serbe auprès de l’APCE, les dirigeants des partis politiques, le procureur général et les représentants de la communauté diplomatique, des ONG et des médias. Les discussions ont porté sur la situation des minorités, la réforme du système judiciaire, la lutte contre la corruption, la situation des médias et la mise en œuvre de la Résolution 1858 (2012) sur « Le respect des obligations et engagements de la Serbie ».