Petra De Sutter : 'il est grand temps de débattre de la question des nouvelles technologies génétiques'

Suite à la nouvelle étude publiée hier dans la revue Nature, Petra De Sutter (Belgique, SOC), rapporteure sur « Le recours aux nouvelles technologies génétiques chez les êtres humains », souligne aujourd'hui l'urgence de prendre une position claire sur les applications pratiques des nouvelles technologies génétiques.

« Cette étude suggère que les techniques mises en œuvre pouvaient servir à corriger des mutations héréditaires chez les embryons humains, en complément d’un diagnostic génétique préimplantatoire.

« L’étude porte atteinte au consensus scientifique selon lequel les nouvelles techniques d'édition du génome ne sont pas encore assez ‘sûres’ pour entrer dans le processus d’implantation d’embryons, même si ses auteurs préviennent qu'il reste beaucoup d’aspects à examiner avant les applications cliniques », a expliqué Mme De Sutter.

« L'édition délibérée de la lignée germinale chez les êtres humains franchirait une ligne considérée comme inviolable par l'éthique. Dans ce domaine, les progrès de la science sont d’une rapidité incroyable. Dès que ces nouvelles techniques seront qualifiées de ‘sûres’, il sera trop tard pour fixer des limites ».

L'Assemblée parlementaire examinera un rapport sur la question au cours de sa session d’automne (9-13 octobre 2017).