Le rapporteur général demande l'annulation de la condamnation du journaliste de Crimée Mykola Semena

Volodymyr Ariev (Ukraine, PPE/DC), rapporteur général de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) sur la liberté des médias et la protection des journalistes, s’est déclaré aujourd’hui gravement préoccupé après la condamnation pour « séparatisme » et « violation de l’intégrité territoriale de la Russie » du journaliste ukrainien Mykola Semena prononcée par un tribunal du territoire de Crimée occupée.

M. Semena a été condamné à deux ans et demi d’emprisonnement avec sursis et interdit d’exercer toutes « activités publiques » – et donc journalistiques a priori – pendant trois ans.

Des organisations internationales, dont l’Union européenne et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), ainsi que des instances de contrôle des médias internationaux ont fait part de leurs inquiétudes dans cette affaire.

Pour l’Union européenne, le verdict constitue « une violation manifeste de la liberté d’expression et des médias ». Dans une déclaration publiée le 22 septembre, l’UE indique que le verdict « est un nouvel exemple de la détérioration de la situation des droits de l’homme dans la péninsule de Crimée après son annexion illégale par la Russie ».

« Je me félicite du soutien de l’UE et l’OSCE, ainsi que des organisations professionnelles des médias, en faveur de la liberté d'expression et des médias dans le territoire occupé de Crimée. Toute la communauté démocratique mondiale devrait appeler la Fédération de Russie à annuler immédiatement la condamnation de Mykola Semena », a déclaré M. Ariev.