Petro Porochenko: l'Ukraine se bat sur deux fronts - l'un militaire, l'autre pour les réformes

Le Président ukrainien Petro Porochenko a déclaré que son pays mène une guerre sur deux fronts en même temps – l’un pour contrer l’agression militaire et rétablir son intégrité territoriale, et l’autre pour mettre en œuvre des réformes difficiles et complexes.

S’adressant aujourd’hui à l’APCE à Strasbourg, il s’est félicité des « progrès considérables » accomplis par son pays sur la voie de sa transformation interne et s’est engagé à ce que l’Ukraine continue d’aligner ses lois, pratiques et institutions sur les normes du Conseil de l’Europe. Il a remercié l’Assemblée et le Conseil de l’Europe pour le soutien actif qu’ils ont apporté à la réforme en Ukraine.

Il a ensuite présenté une série de mesures « sans précédent » pour lutter contre la corruption, lesquelles ont déjà donné des résultats positifs, et a déclaré que sa prochaine priorité stratégique serait le renouvellement de la confiance dans le système judiciaire – avec notamment la création d’un tribunal spécial anticorruption qui devrait être totalement libre de toute influence politique.
 

Rappelant les critiques émises à l’encontre de la nouvelle loi sur l’éducation, le Président a déclaré que celle-ci garantit l’égalité des chances de tous les élèves, quels que soient leur origine, leur lieu de résidence ou leur nationalité – mais que les enfants des minorités nationales devraient acquérir une connaissance suffisante de l’ukrainien.

Concernant son thème principal, le Président Porochenko a rappelé que les forces militaires russes sont toujours présentes sur le territoire ukrainien de la Crimée et du Donbass – et que son pays en est encore à devoir trouver des réponses à l’agression russe.

Réaffirmant que l’Ukraine est disposée à trouver un règlement pacifique, il a exhorté la Russie à « commencer enfin à respecter ses engagements, conformément aux accords de Minsk » et a exprimé l’espoir que des mesures seront prises pour le déploiement d’une opération de maintien de la paix des Nations Unies dans le Donbass.

Il a remercié l’Assemblée pour sa résolution portant sur les « conséquences politiques de l’agression russe en Ukraine » et « le soutien » qu’elle a ainsi apportée à l’Ukraine l’an dernier – et a demandé instamment à l’APCE de ne pas revenir au « statu quo » avec la Russie. Citant Sir Winston Churchill en 1950, il a déclaré : « ou bien nous prouverons la valeur, l'importance et l'utilité que nous représentons pour l'Europe, ou bien nous échouerons ».

Le Président a également rejeté fermement toute idée selon laquelle l’occupation de la Crimée serait un « fait accompli ». « Cette tribune n’a pas été imaginée pour appeler à l’apaisement. Ni pour appeler à échanger un territoire contre de l’argent, du pétrole ou du gaz. Elle a été imaginée pour protéger nos fondements, nos valeurs et nos principes ».