Stella Kyriakides : "surmonter nos dissensions en montrant plus de solidarité"

« 2017 a été une année de défis hors norme pour le Conseil de l'Europe. Au début de cette nouvelle année, il nous faut faire le point de la situation pour savoir où nous en sommes et délivrer un message d'espoir pour l'avenir », a déclaré la Présidente de l'APCE, Stella Kyriakides.

« Le terrorisme, la xénophobie, le populisme, les conflits « gelés » et ouverts sont toujours au cœur de nos préoccupations ; à tout cela vient s'ajouter aujourd'hui la tendance inquiétante de certains États membres à remettre en question l'autorité de notre système conventionnel et à contester les arrêts juridiquement contraignants rendus par la Cour de Strasbourg. Face à ces graves difficultés, il est capital de réaffirmer l'autorité de notre système unique de protection des droits de l'homme, qui constitue un espace juridique européen commun garantissant les droits et les libertés de 835 millions d'Européens. Alors aujourd'hui, souvenons-nous, plus que jamais, du courage des pères fondateurs du Conseil de l'Europe qui, au lendemain des horreurs de la Seconde Guerre mondiale, ont été guidés par l'esprit de réconciliation, de consensus et de coopération pour que l'engagement de l'Europe en faveur de la paix, des droits de l'homme, de la démocratie et de l'État de droit retrouve toute sa crédibilité. Ces principes – courage, crédibilité, coopération et recherche du consensus – doivent continuer de guider notre action, non seulement pour surmonter les difficultés auxquelles nous sommes confrontés, mais aussi pour préserver la philosophie qui anime notre Organisation », a-t-elle ajouté.

« Si nous voulons éviter que de nouveaux murs se dressent en Europe, nous ne devons pas nous concentrer sur ce qui nous divise, mais sur nos objectifs communs. Nous devons surmonter nos dissensions en faisant preuve d'une plus grande solidarité, non seulement entre États membres, mais aussi envers les plus vulnérables, en particulier à l'égard des réfugiés, des demandeurs d'asile et des migrants, qui fuient la guerre, les conflits et la pauvreté ; nous avons l'obligation légale et, surtout, le devoir humanitaire de leur offrir un refuge et de protéger leurs droits fondamentaux.

Mais les difficultés de l'année 2017 ne doivent pas non plus occulter ce que l'Assemblée parlementaire a accompli à tous les niveaux pour protéger les droits de l'homme et l'État de droit : nos campagnes ont donné le signal dans de nombreux domaines et inspiré nombre de nos États membres. Alors que nous réfléchissons à la manière de relever les défis qui nous attendent, je suis convaincue que nous réussirons, car nous avons foi dans les mêmes idéaux. Oui, ce n'est qu'en défendant ces principes que nous pourrons changer les choses et donner de l'espoir à des millions de citoyens. Au nom de l'Assemblée parlementaire, je vous souhaite à tous une heureuse année, placée sous le signe de la réussite et de la paix ! », a conclu la Présidente.