Liliane Maury Pasquier élue Présidente de l’APCE

Liliane Maury Pasquier (Suisse, SOC) vient d’être élue Présidente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE).

En succédant à Michele Nicoletti (Italie, SOC) – démissionnaire en raison de sa non réélection en Italie – elle devient la 32ème Présidente de l’APCE et deuxième représentante suisse depuis 1949. Elle est la quatrième femme à occuper cette fonction. Une seule candidate était en lice.

Dans son discours d’ouverture, Mme Maury Pasquier a rappelé que les valeurs du Conseil de l’Europe ont plus que jamais besoin d’être promues, portées, vécues, sur le continent européen et au-delà.

« La montée des extrémismes, des violences et de la répression, dans un contexte migratoire et sécuritaire très tendu, requièrent que nous réaffirmions haut et fort, sans relâche, ce qui nous unit.

Les évolutions inquiétantes, voire les attaques majeures observées dans un certain nombre de pays européens contre la liberté d'expression, la liberté des médias, la liberté de réunion, l’égalité et la protection des minorités l’exigent », a-t-elle souligné.

« Les droits de l’homme, la démocratie et l’Etat de droit doivent faire reculer la souffrance, l’exploitation et la misère. À l’exclusion, la haine et le chacun pour soi, nous devons opposer la justice, la solidarité et la cohésion. Cette force de paix ne sera possible qu’avec l’implication active de chacune et chacun de nous et des Etats que nous représentons. L’esprit d’échange, de dialogue et de respect mutuel de nos différences – l’unité dans la diversité – doit nous permettre de travailler ensemble », a déclaré la Présidente.

Enfin, elle a mis en garde contre « les coups de boutoir souverainistes » allant de « la simple méfiance à la suspension de l’application de la Convention Européenne des Droits de l’Homme, en passant par les tentatives de limiter le champ de son application ».

« En attaquant le Conseil de l’Europe et ses instruments de base – la Convention et la Cour -, ce sont les citoyennes et citoyens d’Europe qu’on attaque, en fragilisant leurs droits, en affaiblissant leur protection dans leur relation à l’Etat », elle a conclu.

Quant aux mesures prises par l’APCE contre la corruption, Mme Maury Pasquier a assuré que sous sa présidence, l’Assemblée poursuivra la reconquête de son honneur et sa mue vers une transparence totale. « Mais les gouvernements et les parlements nationaux doivent aussi, comme les y invite le rapport (contre la corruption) prendre les mesures qui s’imposent à l’égard des cas mentionnés et […] faire rapport à l’assemblée avant fin 2018 ».