Il faut redoubler d’efforts concernant l'accueil des réfugiés sur les îles grecques

« La situation des demandeurs d'asile demeure effroyable au Centre grec d'accueil et d'identification de Moria, sur l'île de Lesbos, qui accueille actuellement 7500 personnes », a déclaré Petra De Sutter (Belgique, SOC) qui s’est rendue à Athènes, Kavala, Drama et Lesbos du 10 au 12 juillet, dans le cadre de la préparation de son rapport pour l'APCE sur « Îles grecques : il faut redoubler d’efforts».

« Les personnes résidant dans le Centre de Moria souffrent d'installations surpeuplées, contrairement aux centres d'hébergement gérés par l'Organisation internationale pour les migrations de l'ONU avec un financement de l'UE à Kavala et Drama en Grèce continentale, par exemple. Plus de 50 personnes arrivent chaque jour au camp de Moria par des embarcations de passeurs venant de la côte turque proche, ce qui fait passer le nombre total d’arrivées en Grèce à quelque 3000 personnes en provenance de Turquie chaque mois, venant principalement de Syrie, mais aussi du Myanmar, d'Afghanistan, d’Algérie et de Haïti », a-t-elle souligné.

« Je salue les efforts considérables déployés par les autorités grecques, l'UE et de nombreuses ONG, mais je constate qu'il est urgent de prendre d'autres mesures : raccourcir le délai de traitement des demandes d'asile, transférer les demandeurs d'asile vers d'autres camps du continent pendant le traitement de leur demande, une mise en œuvre plus efficace des accords internationaux, y compris sur la réinstallation ou le regroupement familial des réfugiés ainsi que l'action internationale contre les passeurs qui menacent quotidiennement la vie et la dignité de tant d'humains dans le besoin », a-t-elle ajouté.

« Ce ne sont là que quelques mesures clé pour empêcher la poursuite de cette situation humanitaire catastrophique. Une action urgente est nécessaire de la part de tous les Etats européens », a conclu Mme De Sutter.

Petra De Sutter est la rapporteure générale sur les conditions d'accueil des réfugiés et des migrants de la Commission des migrations, des réfugiés et des personnes déplacées de l'APCE.