Appel à plus de détermination dans la lutte contre la traite

« Il est grand temps que l'Europe combatte le trafic et la traite d’êtres humains avec plus de détermination et bien plus efficacement », a déclaré Liliane Maury Pasquier, Présidente de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), à l'occasion de la Journée mondiale contre la traite des êtres humains (30 juillet). Elle a rappelé qu’un rapport sur une action concertée de la lutte contre la traite (Vernon Coaker, Royaume-Uni, SOC) était d’ores et déjà en cours de préparation à l’Assemblée.

« Transférer des personnes à travers les frontières pour le profit a été qualifié au Forum de Davos comme l'une des formes d'activité criminelle organisée ayant la croissance la plus rapide et la plus lucrative au niveau mondial. Pour l'année 2016, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime a constaté qu'un minimum de 2,5 millions de migrants avaient été introduits clandestinement, générant un revenu annuel minimum de 5,5 à 7 milliards de dollars US pour les passeurs », a souligné M. Coaker.

« L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a recensé 2186 décès de personnes migrantes dans le monde au cours de la première moitié de 2018, dont 1443 ont péri dans la mer Méditerranée, faisant probablement de cette année l'une des plus meurtrières. Pratiquement toutes celles et tous ceux qui ont perdu la vie en Méditerranée ont payé des passeurs ou sont devenus des victimes de trafiquants. L'OIM a enregistré que les passeurs avaient reçu jusqu'à 24000 euros pour avoir amené un migrant irrégulier en Europe. Beaucoup de ceux qui arrivés grâce à des passeurs doivent rembourser ces coûts élevés par le travail forcé, ce qui en fait également des victimes de la traite. Des experts du Conseil de l'Europe ont déclaré que l'exploitation par le travail est devenue la forme prédominante de la traite dans plusieurs pays européens », a ajouté le rapporteur.

« Les parlements nationaux en Europe doivent de toute urgence veiller à ce que la législation et l'application de la loi puissent empêcher la traite et le trafic d'êtres humains, qui constitue une atteinte à la dignité humaine des personnes exposées à ces actes criminels. Je demande instamment à tous les Etats membres du Conseil de l'Europe de mettre en œuvre intégralement la Convention du Conseil sur la lutte contre la traite des êtres humains, ainsi que le Protocole des Nations Unies contre le trafic illicite de migrants par terre, air et mer, et aux quelques Etats membres qui ne l'ont pas encore fait, de signer et de ratifier ces instruments », a conclu M. Coaker.