Préserver le patrimoine culturel immatériel face à l’uniformisation des modes de vie

La Commission de la culture estime que le patrimoine culturel immatériel (PCI), qui se manifeste notamment dans les traditions et les expressions vivantes héritées du passé, telles que les arts du spectacle ou les traditions orales, doit être préservé en Europe, or l’industrialisation, l’urbanisation et l’uniformisation de modes de vie forment un contexte qui fragilise ce patrimoine.

En adoptant à l’unanimité un projet de résolution, basé sur le rapport préparé par Andries Gryffroy (Belgique, NI), la commission a demandé aux États membres de signer et de ratifier la Convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et la Convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société (Convention de Faro), et « d’élaborer des stratégies nationales de préservation du PCI et de valorisation du rôle de ce dernier en accord avec les principes énoncés dans ces conventions ».

Il faudrait créer des plateformes collaboratives et participatives afin d’établir des inventaires du PCI, stimuler la transmission du PCI par l’apprentissage tout au long de la vie et par l’éducation et encourager et soutenir les projets et les stratégies de développement local et régional.

La commission a invité l’UNESCO et l’Union européenne à coopérer avec le Conseil de l’Europe pour soutenir la mise en œuvre effective de la Convention PCI de l’UNESCO et de la Convention de Faro.