Mort d'un réfugié en Grèce : une rapporteure dénonce les conditions ‘inhumaines’ des demandeurs d'asile

« Des normes humanitaires catastrophiques, combinées à des chutes de neige et des températures glaciales, menacent à nouveau les demandeurs d'asile dans plusieurs camps de réfugiés grecs », a déclaré Petra De Sutter (Belgique, SOC), rapporteure générale sur les conditions d'accueil des réfugiés et des migrants.

« La mort tragique, hier, d'un réfugié camerounais installé dans une simple tente dans le camp de Moria nous rappelle que nous ne pouvons ignorer la misère que doivent subir des milliers de demandeurs d'asile pendant des mois, alors que leurs demandes sont traitées avec lenteur. Les autorités grecques doivent respecter les droits fondamentaux des migrants énoncés dans les traités internationaux pertinents, y compris la Convention européenne des droits de l'homme, et se conformer au droit et aux normes de l'UE en matière de procédures d'asile. Ils doivent veiller à ce que les demandeurs ne soient pas confrontés à des conditions d'hébergement inhumaines qui les exposent à des températures extrêmes, au vent et à la pluie », a-t-elle ajouté.

« En même temps, l’Europe doit faire davantage pour empêcher que des Camerounais et d’autres ressortissants ne soient poussés à effectuer des voyages dangereux de plusieurs milliers de kilomètres à travers de nombreux pays, dont la Turquie, afin de demander l’asile en Grèce. Beaucoup trop de vies humaines sont perdues sur ces routes dangereuses ».