Macédoine du Nord : le 2ème tour de l'élection s'est déroulé dans le calme, mais des lacunes subsistent

Le second tour de l’élection présidentielle en Macédoine du Nord a été bien organisé et s’est déroulé dans le calme. Cependant, les insuffisances du cadre juridique restaient préoccupantes, ont conclu les observateurs internationaux dans une déclaration préliminaire publiée aujourd’hui.

La mission d’observation est une initiative conjointe du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (BIDDH) de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE (AP OSCE) et de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).

« Le scrutin du deuxième tour de l’élection présidentielle a été bien organisé et, comme lors du premier tour, les électeurs ont pu faire leur choix librement. Mais une élection ne se limite pas au jour du scrutin. La délégation de l’APCE considère que certains problèmes récurrents du processus électoral restent actuels, notamment la nécessité de la réforme du code électoral et, d’une manière générale, du système politique, pour garantir l’adhésion des citoyens et leur participation active, indépendamment de leurs origines ethniques, à l’élection du chef de l’Etat. De plus, le renforcement de la transparence et du contrôle du financement de la campagne électorale est un impératif. La question de l’adhésion à l’UE et à l’OTAN ne peut pas occulter certains problèmes récurrents du processus électoral », a déclaré Marie-Christine Dalloz, (France, PPE/DC), chef de la délégation de l’APCE. « L’Assemblée parlementaire et la Commission de Venise seraient prêtes à assister les autorités de Macédoine du Nord afin d’effectuer les réformes nécessaires ».