Un rapporteur appelle les autorités russes à libérer immédiatement le journaliste d'investigation Ivan Golunov

 Lord George Foulkes (Royaume-Uni, SOC), rapporteur général de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) sur la liberté des médias et la protection des journalistes, a exprimé aujourd'hui sa préoccupation concernant les actions de la police à l’encontre du journaliste russe Ivan Golunov, bien connu pour son travail d’enquête sur la corruption des fonctionnaires russes.

Le 6 juin, la police a arrêté le journaliste sur la base « d’accusations de trafic de drogue » qui, selon lui, ont été fabriquées de toutes pièces ; un test récent aurait confirmé qu’aucune trace de drogue n’avait été trouvée sur lui. Au cours de l'interrogatoire, il a été agressé physiquement par la police, après quoi celle-ci a refusé d'appeler les médecins pour soigner les blessures qu'il avait subies. Il a été privé de son droit d'appeler son avocat ou ses collègues plus de 12 heures après son arrestation.

S'il est reconnu coupable, le journaliste pourrait se voir infliger une peine pouvant aller jusqu'à 20 ans de prison.

« J'appelle les procureurs de Moscou à examiner rapidement la légalité des actions de la police », a déclaré Lord Foulkes. « Je suis totalement solidaire de la Fédération européenne des journalistes et de tant de journalistes russes reconnus, convaincus qu'Ivan Golunov est innocent et que l'objectif principal de cette opération de police est de le faire taire et d'intimider tous les journalistes qui enquêtent sur la corruption de responsables russes. J'appelle les autorités russes à libérer immédiatement Ivan Golounov et à éviter que de tels actes aient des effets désastreux sur la liberté de la presse dans ce pays », a ajouté Lord Foulkes.

« Cette affaire fait l'objet d'un suivi par la Plateforme du Conseil de l'Europe pour promouvoir la protection du journalisme et la sécurité des journalistes. À ce jour, aucune réaction des autorités russes ne nous est parvenue », a conclu le rapporteur général.