« Il faut qu’on parle » – témoignage émouvant lors d’un évènement à l’ONU, d’une gymnaste olympique

Un panel de haut niveau composé de représentants de la FIFA, du Secrétaire général de l’ONU et de l’UNICEF organisé aux Nations Unies à New York par la Commission des questions sociales de l’APCE, a souligné la nécessité urgente de protéger les enfants victimes d’abus sexuels de ceux qui font partie de leur ‘cercle de confiance’ – et a entendu le témoignage émouvant d’une gymnaste olympique confrontée à ces abus, évoquant la difficulté de parler de son expérience.

Cet événement, en marge du Forum politique de haut niveau (HLPF) sur les objectifs de développement durable au siège de l’ONU à New York s’intitulait : « Il faut qu’on parle... pour mettre fin aux abus sexuels sur les enfants dans le cercle de confiance ». Parmi les participants figuraient la Présidente de l’Union interparlementaire, Gabriela Cuevas Barron ; la nouvelle Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence à l’égard des enfants, Najat Maalla M’jid ; le Directeur des programmes de l’UNICEF, Ted Chaiban ; Joyce Cook de la FIFA ; Gloria Viseras, une ancienne victime ; et Doreen Massey (Royaume-Uni, SOC), rapporteur de l’APCE sur « Mettre fin à la violence à l’égard des enfants: une contribution du Conseil de l’Europe aux Objectifs de développement durable ».

Tous les intervenants ont convenu que la lutte contre la violence à l’égard des enfants devait devenir une priorité. Malheureusement, le nombre de victimes augmente plutôt qu’il ne diminue dans le monde entier, comme l’a souligné Mme Maalla M’jid. Les boîtes à outils nécessaires pour passer de la parole aux actes sont disponibles : l’UNICEF a beaucoup d’expérience sur le terrain, tandis que l’UIP a élaboré des manuels à l’intention des parlementaires, et la FIFA vient de lancer un nouveau programme de protection de l’enfance – ‘FIFA guardians’ – en s’appuyant sur l’expérience du Conseil de l’Europe et de sa campagne ‘Start to talk’ (conduite par l’APES).

Le témoignage émouvant de Gloria Viseras, ancienne victime et athlète-gymnaste olympique, a souligné l’importance de créer des espaces sûrs où les enfants peuvent commencer à parler de la violence sexuelle et de la prévenir en premier lieu.

Mme Massey, qui a également présenté son rapport lors d’un événement de l’UNICEF sur le thème « Ne laissez aucun enfant derrière vous » le même jour, a souligné trois recommandations urgentes de son rapport qui ont été approuvées par l’Assemblée parlementaire fin juin :

• permettre aux enfants de s’exprimer ;
• former tous ceux qui travaillent avec les enfants, mais aussi les juges, les procureurs et les avocats ;
• consulter, impliquer et écouter les enfants.