Après l’échange de prisonniers, Volodymyr Tsemakh ‘doit rester à disposition’ des enquêteurs sur le vol MH17

Thorhildur Sunna Ævarsdóttir, Présidente de la Commission des questions juridiques et des droits de l’homme de l’APCE, a salué, sur le principe, l’échange de prisonniers entre l’Ukraine et la Fédération de Russie. En même temps, elle a insisté sur le fait que Volodymyr Tsemakh, une « personne d’intérêt » dans l’affaire de la disparition du vol MH17, faisant partie de l’échange à la demande de la Russie, doit rester à la disposition des autorités néerlandaises chargées d’enquêter sur l’affaire.

« Le fait que l’Ukraine ait autorisé M. Tsemakh à se rendre en Russie ne signifie pas qu’il n’est plus tenu de coopérer à l’enquête sur ce terrible événement. La Russie est un Etat membre du Conseil de l’Europe et, à ce titre, est juridiquement tenue de lutter contre l’impunité ».

« Je voudrais ajouter qu’au début du mois d’octobre, la commission que je préside nommera un rapporteur ou une rapporteure chargé(e) d’évaluer les progrès réalisés dans l’enquête sur cette tragédie et de demander des comptes aux responsables ».