Lord Foulkes : ‘L’impunité pour les crimes contre les journalistes doit cesser’

George Foulkes (Royaume-Uni, SOC), rapporteur général de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) sur la liberté des médias et la protection des journalistes, a rappelé l'importance fondamentale de la liberté de la presse et le devoir, dans une société démocratique, de garantir la sécurité des journalistes.

S'exprimant à la veille de la Journée internationale des Nations Unies de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes (2 novembre), il a déclaré : « Il n'y a pas de droit effectif à l'information et pas de politique responsable sans liberté des médias et la possibilité pour les journalistes d'examiner comment l'argent public est dépensé ou d'enquêter sur la corruption et les abus de pouvoir. Cependant, les attaques contre les journalistes ne cessent d'augmenter : menaces, harcèlement, agressions physiques, détentions arbitraires, actes de torture, disparitions forcées et même meurtres. Malheureusement, nos Etats membres ne garantissent pas toujours des enquêtes approfondies sur ces crimes ».

« Selon le rapport annuel 2019 de la Plateforme du Conseil de l'Europe pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes, les autorités ont systématiquement omis de prendre des mesures correctives pour prévenir la violence à l’égard des journalistes et traduire en justice tous ceux qui ont commis des crimes : de 2015 à ce jour, 25 journalistes ont été tués dans la région du Conseil de l'Europe, et dans 17 cas, il y a eu impunité », a-t-il souligné.

« Ces faits sont épouvantables. L'absence d'une réponse policière et judiciaire appropriée est totalement inacceptable. Elle encourage de nouvelles attaques et a un effet dissuasif sur les professionnels des médias et sur la société dans son ensemble. Les États membres doivent mener des enquêtes efficaces, indépendantes et rapides sur tous les crimes contre les journalistes et traduire en justice leurs auteurs, instigateurs, auteurs et complices conformément à la loi. En outre, les Etats membres sont tenus de mener des enquêtes indépendantes et efficaces sur leurs propres lacunes s'ils ne protègent pas leurs journalistes », a-t-il déclaré.

« J'appelle nos Etats membres à remplir leurs obligations et à faire tout ce qui est nécessaire pour mettre un terme à l'impunité pour les crimes contre les journalistes », a conclu Lord Foulkes.