Vœux de la Présidente Liliane Maury Pasquier pour le Nouvel An

Alors que 2019 touche à sa fin, je souhaite à chaque enfant et à chaque adulte, une très bonne année 2020. L'année 2019 nous a apporté de nombreuses surprises, crises et découvertes. Alors, quelles leçons en tirons-nous pour la nouvelle année à venir ?

Pour moi, l'un des temps forts de 2019 a été le travail entrepris sur les droits de l'enfant dans le cadre du 30ème anniversaire de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant. Ce fut l'occasion de faire le point sur nos réalisations, de discuter des problèmes qui subsistent, d'établir des partenariats et de décider des priorités futures.

La Convention relative aux droits de l'enfant a été ratifiée par tous les Etats membres du Conseil de l'Europe. La Convention du Conseil de l'Europe pour la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels, également connue sous le nom de « Convention de Lanzarote », a été signée par tous les Etats membres, avec seulement deux ratifications en attente. Parallèlement à ces ratifications, la Stratégie du Conseil de l'Europe sur les droits de l'enfant a réussi à intégrer les droits de l'enfant dans tous les domaines de notre travail. En outre, l'Assemblée parlementaire a donné la priorité au soutien au développement de ces normes du Conseil de l'Europe et à leur application pratique dans les Etats membres, par des débats et des rapports réguliers sur des questions d'actualité.

Toutefois, il reste des défis à relever. Il est tout simplement inacceptable que la moitié des enfants dans le monde souffrent de violence chaque année. Il est tout simplement inacceptable qu'un quart des enfants en Europe vivent dans la pauvreté. De toute évidence, nous n'en faisons pas assez pour protéger les enfants contre les privations et les mauvais traitements.

Tout au long de l'année, de nombreuses idées sur la manière de résoudre ces problèmes ont été avancées et de nombreux exemples de bonnes pratiques ont été partagés. Lors de divers évènements, les enfants ont pris la parole et ont fait part de leurs préoccupations et de leurs réflexions sur la façon dont les choses pourraient changer. Parmi eux figuraient des enfants migrants et réfugiés, des enfants handicapés et des enfants de pays en conflit armé. Dans certains cas, les adultes ont fourni des récits émouvants de leurs souffrances durant leur enfance.

2019 a également été une année où les enfants sont descendus massivement dans la rue et ont participé à des manifestations sur le changement climatique, montrant le rôle important que les enfants et les jeunes peuvent jouer pour déterminer l'avenir de l'humanité. La jeune militante du changement climatique Greta Thunberg a été non seulement un catalyseur pour la participation des enfants, mais aussi une bouffée d'air frais pour le débat sur le climat, qui constitue également un défi important pour le Conseil de l'Europe.

J'espère que cette expérience inspirera des actions concrètes dans nos parlements, gouvernements et sociétés en 2020.

Nous devrions cesser de voir les enfants à travers le prisme des problèmes, et nous devrions commencer à les voir comme une partie de la solution. Chaque enfant a le potentiel de nous aider à rendre ce monde meilleur. Les enfants qui ont souffert ont une expérience directe des problèmes et ont la meilleure compréhension de ce qui doit être fait. Que cette expérience les frustre et les expose à d'autres préjudices ou qu'elle les incite à un changement positif dépend de la façon dont nous les traitons.

J'espère qu'en 2020, les enfants de toute l'Europe bénéficieront de la protection et du soutien dont ils ont besoin et qu’ils méritent.

J'espère aussi que cela leur donnera le sourire et l'espoir d'un avenir meilleur pour nous toutes et tous.