Un rapporteur appelle les autorités russes à enquêter d'urgence sur l'agression d'une journaliste et d'une avocate en Tchétchénie

Stefan Schennach (Autriche, SOC), rapporteur général sur la liberté des médias et la protection des journalistes pour l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), a exprimé aujourd'hui son inquiétude concernant l'attaque perpétrée à Grozny, en Tchétchénie, contre la journaliste d'investigation russe Elena Milashina du journal indépendant russe Novaya Gazeta et l'avocate Marina Dubrovina. Le 6 février, elles ont été brutalement agressées par des inconnus à l'entrée de leur hôtel.

Selon la Plateforme du Conseil de l’Europe pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes, Mme Milashina pense avoir été prise pour cible en raison de sa profession : au printemps 2017, la journaliste primée a dénoncé l'arrestation, la torture et le meurtre d'homosexuels en Tchétchénie. La journaliste a indiqué qu'elle avait été menacée par les autorités tchétchènes en raison de ses reportages dans le passé.

« Les autorités russes doivent assurer la sécurité de Mme Milashina et de Mme Dubrovina, mener une enquête rapide, indépendante et efficace, et punir les responsables pour avoir organisé et commis ce délit. Plusieurs journalistes de Novaya Gazeta ont déjà été visés et un certain nombre d'entre eux ont été tués, notamment la célèbre journaliste d'investigation Anna Politkovskaïa », a déclaré M. Schennach.

« Je suis entièrement d'accord avec la Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatovic, pour dire que le climat d'hostilité à l'égard des militants indépendants de la société civile, des défenseurs des droits de l'homme, des avocats et des journalistes en Tchétchénie est souvent attisé par les discours virulents et menaçants des dirigeants politiques, y compris au plus haut niveau. Cela conduit à l'impunité pour ceux qui commettent ces graves violations des droits de l'homme », a-t-il déclaré.

« Dans une résolution récemment adoptée, l'Assemblée a appelé les autorités russes à remédier immédiatement à la situation préoccupante concernant la violence contre les journalistes, la plupart des cas restant impunis. Cette situation est inacceptable. La Russie doit respecter son obligation de veiller à ce que les journalistes, les blogueurs et les défenseurs des droits de l'homme puissent travailler librement et en toute sécurité », a ajouté le rapporteur général.

« Cette affaire est suivie par la Plateforme. Aucune réaction des autorités russes n'a été reçue à ce jour », a-t-il conclu.