Faire de la lutte contre la violence sexuelle à l’égard des enfants une priorité politique

La Commission des questions sociales de l’APCE a appelé les États membres du Conseil de l’Europe à faire de la lutte contre la violence sexuelle à l’égard des enfants "une priorité politique, à puiser largement dans les ressources disponibles et à intensifier leur action et leur coopération dans ce domaine”.

Au cours d’une réunion virtuelle qui s’est tenue aujourd’hui, la commission a rappelé qu’à l’heure où l’Europe lutte contre la pandémie de Covid-19, le risque de violences sexuelles à l’égard d’enfants est encore plus grand. “Beaucoup d’enfants se retrouvent confinés avec des personnes dont ils sont déjà victimes d’abus ou qui risquent d’abuser d’eux, hors de la vue de celles et ceux qui, en temps normal, pourraient potentiellement détecter, prévenir ou signaler ces abus”, a alerté la commission.

Suivant les propositions de la rapporteure, Doreen E. Massey (Royaume-Uni, SOC), les parlementaires ont exhorté les Etats membres à notamment développer et à améliorer leur législation existante de protection des enfants contre la violence sexuelle, à veiller à ce que l’âge du consentement sexuel ne soit pas inférieur à 18 ans et à supprimer le délai de prescription de la violence à caractère sexuel commise sur des enfants.

En matière de protection et de soutien, les gouvernements devraient veiller à la disponibilité et à l’accessibilité d’une assistance suffisante, promouvoir la coopération et la coordination interdisciplinaires, et faciliter la formation des professionnels et des bénévoles en contact avec des enfants.

En cas de poursuites, souligne le projet de résolution, il faudrait veiller à ce que “les exigences de la Convention de Lanzarote et des Lignes directrices du Conseil de l’Europe sur une justice adaptée aux enfants soient pleinement respectées”.

Tous les États, parlements et collectivités locales et régionales, ainsi que l’UE et l’ONU, devraient tirer le meilleur parti de l’expertise et de l’expérience du Conseil de l’Europe dans la lutte contre la violence sexuelle à l’égard d’enfants, conclut le texte.