COVID-19 : le Président de l’APCE, se joignant aux autres dirigeants du Conseil de l’Europe, demande instamment des garanties démocratiques pendant et après la pandémie

Rik Daems, le Président de l’APCE, a souligné la nécessité de maintenir des garanties démocratiques pendant et après une pandémie, en particulier le contrôle parlementaire de l’exécutif, et a de nouveau mis en garde les gouvernements contre toute tentative de maintenir certaines restrictions une fois la crise de COVID-19 terminée.

S’exprimant lors d’une vidéoconférence à haut niveau organisée par la nouvelle Présidence grecque du Conseil de l’Europe, présidée par le ministre grec des Affaires étrangères Miltiadis Varvitsiotis, qui s’exprimait depuis Athènes, le Président a déclaré que nous devrions « refuser d’accepter l’anormal » une fois la crise terminée, s’agissant des libertés fondamentales et des valeurs démocratiques.

Il a souligné que les nationalistes et les extrémistes pourraient essayer de profiter de la pandémie pour « s’emparer à tort du concept de liberté » et l’utiliser à leurs fins. Mais au lieu de se replier sur eux-mêmes, les États doivent travailler ensemble pour faire face à de telles crises, a déclaré le Président, appelant à une réponse multilatérale.

Les parlements doivent être « sur le pont à tout moment » en cas de crise, a-t-il déclaré, approuvant toute cession temporaire des pouvoirs à l’exécutif et soumettant les gouvernements au contrôle parlementaire. « Il est important de ne pas franchir certaines lignes rouges, ni de diminuer le pouvoir du parlement, à qui les citoyens ont accordé leur confiance », a-t-il souligné.

Le Président a expliqué que l’Assemblée préparait cinq rapports relatifs à la COVID-19, et encourageait activement les parlements nationaux des États membres du Conseil à tenir des débats sur les questions clés concernant les réponses à la pandémie, ainsi que sur ses conséquences : « Nous savons que la vie sera différente, mais nos valeurs et nos principes doivent rester les mêmes ».

Il a vivement salué les priorités définies par la Présidence grecque et a exprimé l’espoir que l’Assemblée puisse travailler avec le Comité des Ministres et la Secrétaire Générale dans un format de « trilogue », notamment sur la question des droits de l’homme et de l’environnement.

S’exprimant lors de ce même événement, Dora Bakoyannis (Grèce, PPE/DC), Présidente de la délégation grecque auprès de l’APCE, a demandé instamment aux Etats membres du Conseil de l’Europe à profiter de la crise de COVID-19 pour « apprendre, s’adapter et s’améliorer », et pour construire une boîte à outils permanente de normes en matière de droits de l’homme et de démocratie qui pourrait répondre à de tels défis à l’avenir.