c.       l'économie solidaire permet aussi de repenser les mutations actuelles du monde du travail dans les sociétés occidentales: face au sous-emploi structurel et durable, elle invite à reconnaître d'autres activités humaines que le travail comme support de rémunération et source de dignité humaine et d'inclusion sociale. Une telle approche incite à reconnaître et à rémunérer le travail domestique, le bénévolat ou le travail solidaire exercé dans le cadre d'activités d'économie solidaire. Elle suggère également de reconsidérer le partage des fruits de l'activité dite "productive" par l'économie de marché, en reconnaissant que toute production a des coûts indirects portés par la société (infrastructures, éducation et formation, etc.) et en redéfinissant ce que sont les activités productives19.


1 Votre rapporteur souhaite remercier Mme Véronique Rioufol et M. David Beytelmann de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l'Homme, France, pour leur précieuse collaboration dans la préparation de ce rapport.

2 de la Chapelle (2002)

3 Adda (1996), pp. 3 et suivantes

4 IMF : International Financial Statistics, (2001)

5 Dans la plupart des pays occidentaux, le poids des cycles saisonniers dans la consommation des fruits et légumes est aujourd’hui presque nul ; nous pouvons consommer à n’importe quel moment de l’année n’importe quel type de produit alimentaire par la seule raison que le réseau global assure la distribution constante dans les grands centres de consommation.

6 GATT/WTO / International Trade Yearbook (1995)

7 Revel (2002)

8 Revel (2002), pp.2 et suivantes et sur tous ces aspects Withol de Wenden (2002)

9 Ajoutons la croissance accentuée des flux d'une migration 'privilégié', favorisée par un régime d'exception dans les pays riches, concernant des catégories de population hautement qualifiées et des étudiants. Chapaz (2002)

10 Bien que concentrées surtout à Londres, Tokyo et New York, l’activité d’échange à niveau mondial est énorme : l’échange de valeurs par jour ouvrable touche en moyenne les 1490 milliards de dollars . voir Held et McGrew (1999), pp.189 et sq.

11

12 selon le PNUD, vers la fin des années 90 un cinquième des populations vivant dans les pays aux plus hauts revenus : occupent 82% des activités des marchés à l'exportation, contrôlent 68% des investissement directs étrangers, détiennent 74% des lignes téléphoniques mondiales , représentent 86 % du PNB mondial. Voir PNUD/UNDP (1999).

13

14 172 des 178 Etats membres des Nations Unies sont représentés, 108 chefs d'Etat sont présents ainsi que 2400 représentants d'organisations non gouvernementales (Zimmer et Robin, 2002).

15 En 1998, des experts de l'OCDE écrivent ainsi que "le développement durable peut s'interpréter comme un développement qui s'inscrit dans la durée", (OCDE, 2002)

16 Ainsi, lors du Conseil européen de Göteborg de juin 2001, alors même que le chapitre "Une stratégie pour le développement durable" mentionnait les questions de pauvreté, démographie et exclusion sociale, n'ont été retenus dans la version finale que les thèmes prioritaires suivants: changement climatique, transports écologiquement viables, risques pour la santé publique, gestion plus responsable des ressources naturelles. (Zaccai, 2002)

17 Outre son indicateur de développement humain, le PNUD a depuis 1990 affiné sa gamme d'indicateurs et les critères qu'ils intègrent, notamment en créant l'indice de pauvreté humaine (IPH). La Banque mondiale a quant à elle développé l'approche en termes de capital social. Diverses autres approches visent à construire des indicateurs de bien-être, de destruction, à mesurer les degrés d'association ou de solidarité caractérisant les sociétés, etc. (Viveret, 2001: 28-33).

18 De nombreux pays connaissent aujourd'hui différentes formes de monnaie sociale: banques de temps, systèmes d'échanges locaux (SEL), réseaux d'échanges de savoirs, réseaux de trocs avec ou sans monnaie locale. En Argentine, de puissants réseaux de monnaie sociale existent depuis le début des années 1990, impliquant environ un million de personnes en 2000. Avec la crise financière grave que connaît actuellement le pays, on compte aujourd'hui une quinzaine de monnaies parallèles, certaines soutenues ouvertement par des gouvernements régionaux, qu'utilisent entre 2 et 3 millions de personnes (Primavera, 2002).

19

20 Voir par exemple Bevort (2002)

21

22

23 Ces aspects sont signalés par Godbout (1983)

24

25

26 Aujourd'hui ces différends sont examinés, par défaut, par l'Organe de règlement des différends de l'Organisation Mondiale du Commerce, qui les examine selon sa logique propre.

27 Noiriel (1991).

28 selon l’Organisation Internationale du Tourisme, le tourisme emploi presque 200 millions de salariés